mercredi 9 décembre 2020

Bombardier investit pour l'avenir à Crespin

Bombardier a lancé le 4 décembre un plan d’investissement sans précédent visant à moderniser et à augmenter la capacité de production de son usine de Crespin (Hauts-de-France) à 1 000 véhicules par an.  L’augmentation de la capacité de production et la modernisation de l’usine Bombardier de Crespin seront financées par un investissement majeur de près de 25 millions d’euros.  Ce plan d’investissement baptisé "Plan 1000" s’accompagne de l’embauche d’environ 400 salariés en CDI. 160 embauches ont déjà été réalisées depuis le 1er septembre.


Pour faire face aux retards de production engendrés par la crise sanitaire de la Covid-19, mais également pour honorer dans de bonnes conditions les engagements liés à notre carnet de commandes rempli pour les 4 prochaines années, Bombardier a mis sur pied un plan visant à développer et moderniser nos sites de Crespin et de Bruges.

Pour Crespin, le plan inclut : 
  • Un total de 25 Millions d'€ pour augmenter la capacité de notre site et le moderniser : nouvelles chaines de montage, nouveaux outillages, digitalisation et robotisation de certains process, etc.
  • Une enveloppe de 4M€ pour aider les fournisseurs à suivre notre montée en cadence.
  • 400 créations de postes en CDI, dont 160 déjà effectives depuis le 1er septembre, afin d'accompagner notre développement et pérenniser les compétences au sein de l'entreprise. 




Une inauguration en petit comité

En raison des consignes sanitaires liées à la Covid-19, l'évènement s'est déroulé en petit comité et dans le strict respect des mesures sanitaires, mais nous avons néanmoins eu l'honneur d'accueillir : 
  • Xavier Bertrand, Président de la Région Hauts-de-France,
  • Valérie Létard, sénatrice du Nord et vice-présidente du Sénat,
  • Michel Chpilesky, sous-préfet de Valenciennes,
  • Béatrice Descamps, députée de la 21e  circonscription du Nord, et
  • Laurent Degallaix, Président de la communauté d'agglomération de Valenciennes Métropole. 



Un pacte vert pour le ferroviaire

Au niveau industriel, le « Plan 1 000 » permettra à Bombardier d’augmenter ses capacités de production en créant de nouveaux postes de montage et de nouvelles lignes de production, en acquérant de nouveaux outils plus modernes et plus performants et en adaptant toutes les zones communes en conséquence.
Il s’agira également de moderniser en profondeur l’outil de production, à travers des actions de digitalisation et de robotisation qui contribueront à améliorer la performance des opérations et à réduire la pénibilité de certaines activités, par exemple en chaudronnerie ou en peinture. Bombardier acquerra ainsi des outils de pointe dans l’industrie ferroviaire comme des robots de ponçage ou des outils de contrôle assistés par visées laser.
Les enjeux environnementaux figureront au cœur de cette transformation de l’usine de Crespin. Des actions spécifiques seront mises en place pour soutenir la transition écologique de l’industrie ferroviaire. Bombardier investira notamment près d’1 million d’euros dans une initiative de réduction des émissions de COV (Composés Organiques Volatils) de ses activités peinture.
Le Plan 1 000 prévoit également d’accompagner les fournisseurs de Bombardier à suivre cette montée en cadence et cette modernisation. Des investissements directs chez les fournisseurs permettront de les équiper des outillages nécessaires à cette augmentation de la production. Ce volet représente 4 millions d’euros d’investissement, essentiellement au bénéfice de PME françaises.
Enfin, au niveau des compétences et de l’emploi, ce plan prévoit d’embaucher 400 employés en Contrat à Durée Indéterminée (augmentation des effectifs à hauteur des besoins en volumes et en compétences) notamment par la diminution de la proportion d’employés en CDD ou en intérim. Ceci permettra de conserver le savoir-faire et l’expertise au sein de l’entreprise. 160 embauches ont déjà été réalisées depuis le 1er septembre 2020 : 100 ouvriers (conversion de contrats temporaires en CDI) et 60 employés (cadres, techniciens et agents de maîtrise). Des discussions sont en cours avec des entreprises en difficulté dans la région des Hauts-de-France pour bâtir une approche collaborative (prêts de main d’œuvre, transferts d’employés).



Un pari sur l'avenir

« Le Plan 1 000 est pour nous autant une nécessité industrielle qu’un pari sur l’avenir » a déclaré Laurent Bouyer, Président de Bombardier Transport, France et Benelux.
« C’est une responsabilité sociale dans ce contexte de crise. C’est aussi la preuve de la vitalité de notre site industriel et une occasion inédite de moderniser notre outil de production, grâce à des processus informatisés, des outils robotisés et des solutions plus respectueuses de l’environnement. La France traverse une crise économique sans précédent. La Covid-19 perturbe durablement notre environnement. Et les Hauts-de-France ne sont pas épargnés par les réductions d’effectifs (pensons à des industries comme l’automobile, le pneumatique ou l’aéronautique). C’est pourquoi il est important pour nous, qui sommes implantés depuis plus de 30 ans dans la région, de lancer en cette période trouble un plan d’investissement massif qui va améliorer nos capacités de production et développer nos activités, au profit de toute la filière ferroviaire et de toute la région ».
« Notre carnet de commandes est rempli pour, au moins, les 4 prochaines années » a précisé Didier Fernandes, Vice-président Gestion de Projets, Bombardier Transport France et Benelux. « Nous devrons livrer en 2021 près de 400 voitures pour le Francilien (le train cofinancé par Ile-de-France Mobilités et SNCF) et plus de 500 voitures de la plateforme OMNEO (les trains régionaux à deux niveaux commandés par 10 régions françaises). À cela s’ajoutent les voitures intermédiaires du RER NG (destinées aux lignes D et E du RER), les véhicules intermédiaires et les voitures de tête non motorisées du train M7 de la SNCB (Belgique) et prochainement les nouvelles voitures du métro parisien MF19 », a-t-il conclu.
Plusieurs médias étaient présents pour couvrir le lancement (France 3, Radio-France, AFP, La Voix du Nord) et ils ont permis de donner à cette annonce un retentissement remarquable. La presse régionale et nationale s'est fait écho durant tout le week-end de ces annonces positives pour l'avenir de notre site industriel. 


C’est une grande fierté de voir notre usine et le savoir-faire de tous nos employés ainsi mis à l’honneur.
C'est surtout le gage d'un bel avenir pour notre site, dont nous devons nous réjouir, alors même que le contexte économique au niveau national est particulièrement difficile pour nombre d'entreprises et de salariés.