jeudi 2 octobre 2014

Le Regio 2N est homologué

Autorisé à circuler en service commercial

SNCF a reçu l'autorisation de mise en exploitation commerciale (AMEC) en unité simple du Regio 2N, délivrée par l’Etablissement Public de Sécurité Ferroviaire (EPSF).  

Cette étape incontournable permettra de déployer progressivement les premières rames Regio 2N dans les Régions Aquitaine, Bretagne, Centre, Nord-Pas de Calais, Provence- Alpes-Côte d’Azur et Rhône Alpes à partir de novembre.

L’homologation obtenue ce jour, fruit de six années d’un travail conjoint entre les équipes de SNCF, de Bombardier et de tous les partenaires qui prennent part au processus, est la confirmation que notre nouvelle plateforme OMNEO répond aux normes françaises et européennes en vigueur. 


"C’est véritablement le feu vert des autorités pour le transport des passagers en toute sécurité dans notre train. 
C’est donc un véritable sésame.» 
 Pierre-Yves Cohen, directeur du projet;

SNCF et les Régions vont à présent être en mesure de déployer le Regio 2N et ainsi d’améliorer les trajets de milliers de personnes qui empruntent ces TER au quotidien. 


Une campagne d’essais intense
Sur le grand anneau de Wildenrath,
Regio 2N en campagne d'essai

Afin de qualifier et d’homologuer les différentes configurations de cette plateforme innovante, Bombardier a construit neuf rames d’essais qui ont parcouru plus de 150 000 km
Les équipes Bombardier auront réalisé plus de 4000 essais pour valider les quelques 10 000 requis des normes françaises et européennes permettant au train de circuler en toute sécurité avec des voyageurs. 

Ce processus a mobilisé les équipes de SNCF, de Bombardier, d’Eurailtest (ERT), de l’Agence d’Essais Ferroviaires (AEF), de Certifer, de BelgoRail, de Réseau Ferré de France (RFF) et de l’EPSF. 


La campagne d’essai pour homologuer le Regio 2N en configuration de rames doubles ou triples se poursuit. L’AMEC en unité double (UM2) est attendue au cours du premier  semestre 2015. 
Regio 2N sur l'anneau d'essai de Velim
Photos de Jacques Perrin, Christophe Recoura




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire