mercredi 23 juillet 2014

Olivier et Rodrigue les co-équipiers essais

Olivier et Rodrigue testent le fonctionnement du train
Olivier Legrand et Rodrigue  Hamon vérifient 
le bon fonctionnement
du Francilien avant livraison.

Olivier Legrand et Rodrigue Hamon se chargent des rames complètes du Francilien. Ils réalisent des essais en statique et en dynamique, c’est-à-dire sur la chaîne de production et sur le réseau ferré.

"Il faut 840 heures d’essais pour livrer un train avec zéro défaut".

Avant d’être livré au client, chaque train est testé de fond en comble. Bombardier a pour objectif d’atteindre 0,4 panne immobilisant le train par million de kilomètres parcourus. 

Pour cela, les cycles d’essais sont nombreux. Les techniciens commencent par tester la mise à la masse de tous les équipements. Pour un train de huit véhicules, cela revient à vérifier 1 000 points de masse.

Olivier teste ensuite la mise en énergie : la distribution du 72 volts des batteries, du 400 volts dans les prises de courant voyageurs puis les 1 500 volts continus et 25 000 alternatifs pour l’alimentation du train. Tout est passé en revue : la cabine, l’éclairage, les portes, la traction… Olivier et Rodrigue simulent même des situations exceptionnelles, comme la surchauffe des groupes de climatisation, pour s’assurer que les sécurités se déclenchent.
Tous les équipements sont
méticuleusement vérifiés
Quelle est votre plus grande fierté ?

Nous sommes les premiers à conduire le train, certes à 30 km/h. Nous avons passé le permis train, un rêve d’enfant. 

Nous faisons rouler le Francilien huit heures d’affilée pour repérer les équipements défectueux, on appelle cela « déverminer ». Le train réalise vingt allers-retours alimenté en 1 500 et 25 000 volts." 


Ecran de vidéo surveillance
à bord de la cabine du conducteur
du Francilien


























Nous faisons rouler le Francilien huit heures d’affilée pour repérer les équipements défectueux, on appelle cela « déverminer ». Le train réalise vingt allers-retours alimenté en 1 500 et 25 000 volts." 


Quelles sont les qualités requises pour exercer votre métier ?
"Il faut être polyvalent. Nous intervenons sur toutes les composantes du train : l’électricité, les pneumatiques, les freins, l’électronique embarquée... Il faut être capable comprendre les diagnostics informatiques de la climatisation, du GPS, …, et dépanner les équipements défectueux."

Quels sont les atouts du Francilien ?
"C’est une Rolls comparée aux anciens « petits gris », pour les voyageurs comme les conducteurs. Par son confort, son éclairage, ses couleurs… Il y a même un système de comptage des passagers placé au niveau des portes pour gérer automatiquement l’éclairage et la climatisation de chaque véhicule en fonction du nombre de personnes à bord."


Crédits photos Samuel Dhote

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire