mercredi 23 juillet 2014

Kevin, électricien sur la ligne de production Regio 2N

Kevin chemine les 25 km de câbles qui parcourent le train

Kevin Artigalas contribue beaucoup au confort des passagers du Regio 2N. Il est monteur assembleur polyvalent spécialisé en électricité sur le Regio 2N à deux étages.

Kevin Artigalas est électricien 
pour le Regio 2N

Kevin installe des éléments de confort, qui ne se voient pas mais qui comptent énormément, comme les deux groupes de climatisation placés à chaque extrémité du véhicule. 

Son espace de travail est perché à cinq ou six mètres de haut, de chaque côté de la toiture. La toiture héberge une bonne partie des très nombreux câbles qui tapissent le véhicule. Des grosses sections de "240 carrés" pour le courant, soit près de 5 cm de diamètre, aux câbles très fins pour le signal.



"J’espère profondément que les voyageurs seront satisfaits de la qualité de nos trains. J’apporte beaucoup d’attention à ce que je fais car ni les prises de courant ni la climatisation ne doivent tomber en panne."


Électricien dans l’aménagement ferroviaire est un métier de précision. Il doit respecter les bons rayons de courbure pour que les câbles ne se cassent pas et éviter les croisements qui créeraient des interférences.

Kevin travaille ici sur la toiture du Regio 2N avec un de ses co-équipiers

Quel est votre rôle sur les véhicules ?
Le précâblé arrive déjà posé sur des dalles insérées dans le véhicule, qui n’est encore qu’une coque de ferraille. Le rôle des électriciens est de déployer ce précâblé sur les différentes faces du véhicule, aux niveaux haut et bas. Cela veut dire amener les câbles à leur bonne destination, là où les équipements seront montés par la suite. Il faut ensuite les dénuder, sertir la cosse tubulaire et l’enficher en toiture.


Que vous dites-vous quand vous pensez aux voyageurs qui vont monter dans le véhicule ?
"J’espère profondément que les voyageurs seront satisfaits de la qualité de nos trains. J’apporte beaucoup d’attention à ce que je fais car ni les prises de courant ni la climatisation ne doivent tomber en panne."

Quel chemin vous a conduit jusqu’à Bombardier ?

Je suis entré chez Bombardier après un passage en aciérie et dans l’industrie automobile. J’ai commencé à travailler pour le Francilien sur les emmarchements, puis j’ai rejoint le projet Regio 2N. C’est un travail passionnant et motivant car, chaque train étant différent, nous devons toujours trouver de nouvelles solutions pour améliorer notre qualité et notre productivité.

Un train d'essai Regio 2N lors de la campagne d'essais.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire