vendredi 1 février 2013

Bombardier et Valutec s’allient pour tester les cartes électroniques des trains

La première chambre d’essais HALT sévérisés de la Région Nord-Pas de Calais fonctionne. 


Un test de platine de porte de Francilien inaugure la chambre d'essais HALT 
de Valutec. En bonus, elle est  connectée 
au banc d’essai SURFER labellisé i-trans.
Bombardier et Valutec ont lancé le premier essai sévérisé de carte électronique. 

C’est une platine de contrôle d’une porte de Francilien qui inaugure le nouvel équipement de pointe de l’Université de Valenciennes


Les experts de Bombardier apporteront leurs compétences techniques pour assurer le bon déroulement des premières campagnes d’essais et formeront  le personnel habilité.

De gauche à droite: B Canaple, Directeur essais Valutec; JP Cartellini, Directeur général Valutec; D Wautier, Président Valutec (de profil);M Ourak, Président UVHC; Equipe Bombardier Transport: C Bertin, Directeur ingénierie ; Marc Réheis, directeur essais; F Tison, directeur ingénierie, Y Weens, ingénieur projet,Q Coutadeur, ingénieur fiabilité. et R Copin, responsable fiabilisation.

Valutec s’est équipé d’un banc d’essais HALT (Highly accelerated life test) pour tester la performance et les modes de défaillance des systèmes électroniques embarqués, avec le soutien du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche et de la Région Nord-Pas de Calais.


Mohamed Ourak, président de l'université de Valenciennes
et du Hainaut Cambrésis UVHC



Cette chambre permettra de réaliser de nombreux types d’essais sévérisés, notamment vibratoires et climatiques, selon les protocoles HALT et HASS (Highly accelerated Stress screening). 

Déceler dès la phase de développement des sources potentielles de pannes ou de dysfonctionnement permet de proposer des solutions de robustesse.

L'équipe de Valutec se réjouit de sa nouvelle acquisition.
Denis Wautier, président de Valutec
























La fiabilité des trains est une priorité majeure du site de Bombardier à Crespin, premier site industriel ferroviaire français. 

Jusqu’à 100 types de cartes électroniques à bord régissent de nombreuses fonctions comme les écrans d’information aux voyageurs, la climatisation, la sonorisation, les portes, les  freins, et un grand nombre de commandes opérées par le conducteur.

« L’industrie ferroviaire est bel et bien entrée dans l’ère électronique et mérite des outils d’essais à la hauteur des attentes de nos clients,» a expliqué Christophe Bertin, directeur de l’ingénierie des sites de Crespin et Bruges de Bombardier Transport. « Nous misons beaucoup sur ces essais  qui  permettront d’améliorer encore la performance de notre matériel roulant. Nous devons anticiper et simuler des conditions extrêmes de fonctionnement pour que le train, une fois en service commercial, soit pleinement opérationnel. »

Bombardier compte déployer largement ce type d'essais avec ses fournisseurs, afin de tester de manière rigoureuse le maximum de sous-ensembles avant intégration sur les lignes de production.

Les 550 ingénieurs y disposent d’un laboratoire d’essais de pointe et d’une rampe d’essai de crash certifiée COFRAC*pour développer les trains des Régions, SNCF et de la RATP. Pour le train régional à deux niveaux Regio 2N, Bombardier a développé un LaboTrain, une plateforme d’essais qui comporte tous les câblages et équipements électroniques embarqués à grandeur réelle et simule les conditions d’exploitation commerciale.




*Comité français d’accréditation  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire