jeudi 28 février 2013

Le Francilien a fait ses débuts Gare de l'Est à Paris

Inauguration du Francilien sur la ligne H

Le Francilien, conçu et fabriqué par Bombardier, circule à présent sur la ligne P de Paris Est à Meaux.

C'est dans la bonne humeur que Jean Paul Huchon, Président du conseil régional IDF et Président du STIF; François-Régis Orizet, Directeur régional IDF RFF, et Bénédicte Tilloy, directrice générale de SNCF Transilien, ont coupé le ruban hier après-midi Gare de l'Est.

Pour voir la Vidéo de l'événement




Les voyageurs des banlieues est de la capitale vont pouvoir apprécier le confort et l'espace de ces nouveaux trains modernes pour leurs trajets quotidiens.  Cette ligne P sera équipée de 19 franciliens fin 2013 pour atteindre un total de 34 rames.

Cet été, le Francilien sera déployé à partir de la gare St Lazare.

Cette année, les équipes de Bombardier à Crespin (59) vont  produire en moyenne 3 franciliens par mois. A la fin 2013, Bombardier aura livré un total de 113 franciliens.

Laurent Bouyer, Bombardier, M Barthélémy, SNCF, chefs de projet Francilien et 
Jean-Baptiste Eyméoud, Bombardier se réjouissent de voir le train circuler sur la ligne P. (ci-dessous)


"La SNCF, le STIF et les voyageurs sont satisfaits du Francilien. La performance et la fiabilité du train ont largement contribué à améliorer la qualité du service. Le déploiement du Francilien sur la ligne P est une étape clé encourageante."  
Laurent Bouyer, directeur du projet Francilien chez Bombardier.


Un train "boa" de 114m de long.







Le Francilien apporte le confort du 21ème siècle: sièges plus larges, couloirs plus larges, chauffage au sol et climatisation en été, beaucoup de grandes portes, grandes plateformes d'accueil, pas de recoins et un espace PMR.


Depuis décembre dernier, les 82 Franciliens Bombardier ont remplacé la totalité des anciens trains inox, les"petits gris", de la ligne H pour la desserte de la banlieue nord. On ne peut pas manquer de voir des franciliens en gare du Nord, car ils arrivent ou partent quasiment toutes les 20 minutes. 

Actuellement, les rames de francilien parcourent l'équivalent de plus de 12 fois le tour de la terre par mois, et ce chiffre ne va cesser d'augmenter!

La SNCF et le STIF ont commandé 172 franciliens à Bombardier lors de la signature du contrat en 2006. Le contrat prévoit la levée de 200 options, soit 200 franciliens supplémentaires pour moderniser le matériel du réseau SNCF transilien. 
A ce jour, Bombardier a livré 87 Franciliens à la SNCF.


Les  trains hybrides : une première mondiale signée Bombardier en Gare de l'Est


Un AGC hybride en Gare de l'Est en face du Francilien

Les AGC bibi, premiers trains hybrides au monde, circulent à partir de la gare de l'Est depuis 2007. 

Egalement conçus et fabriqués sur le site de Bombardier près de Valenciennes, 32 AGC bibi desservent Troyes, la Ferté Millon et Provins.





Pour voir l'article de Mobilicités.com  

Ile-de-France : un train flambant neuf sur la ligne P du Transilien

mercredi 27 février 2013

En route pour la musique avec Zebrock

Affiche du parcours pédagogique
Zebrock en partenariat
avec Bombardier
L'éducation, les transports et la musique

L'association Zebrock au Bahut a lancé une nouvelle initiative éducative dans les établissements scolaires du nord de Paris, dont Seine Saint Denis, en partenariat avec Bombardier. 

Le parcours "En route pour la musique" permet aux élèves d'explorer une sélection de chansons françaises sur le thème du voyage et des transports. Avec l'aide de leur professeur, les élèves analysent les textes et le vocabulaire des chansons, rédigent des textes et débattent des questions relatives au transports qui les concernent directement.

Une dizaine de classes ont choisi de suivre ce parcours pendant l'année scolaire 2012/13. La classe gagnante sera récompensée par un voyage de classe pour aller visiter le site de production de trains de Bombardier à Crespin dans le nord en juin.


Chaque élève reçoit un livret En route pour la Musique
pour guider leur travail - partenariat Zebrock-Bombardier











Trois beaux documents pédagogiques offerts à chaque élève

La plaquette « En route pour la musique ». C’est l’outil de travail qui les accompagnera durant le parcours. Ils y découvriront la sélection des dix chansons ainsi que de prcieux conseils concernant le déroulement du projet.


Les élèves débattent sur la thématique
des transports publics -
En route pour la musique

Le livret « Musique, musiques » qui fournit de nombreuses ressources sur la musique en général, l’évolution des styles musicaux et des modes d’écoute. Richement documenté, ce livret est conçu pour accompagner les élèves tout au long de l’année et au-delà.

La Carte du Monde des Musiques. Un support géographique à la découverte des chansons et de l’histoire musicale.















Nous leur souhaitons un beau parcours musical et nous les retrouverons avant l'été!


Zebrock, vous connaissez?
L'Association Chroma/Zebrock a pour objectif d'encourager la création, d'accompagner les musiciens, de transmettre des esthétiques, de susciter débats et et rélexions sur la musique, sa place dans la société. Elle est soutenue par le Conseil Général de la Seine Saint Denis et me Conseil  régional d'Ile de France, avec le concours de l'Etat, de la Ville de Paris, de l'Europe, de la Sacem et du Fonds d'Action Sacem.
A travers une offre culturelle exigeante et des méthodes pédagogiques originales, Zebrock au Bahut contribue à la réussite scolaire des élèves. Des outils pédagogiques sont fournis aux enseignants et aux élèves. En 20 ans, 18000 élèves, 800 classes et 150 artistes ont participé à Zebrock au Bahut.



mercredi 20 février 2013

Paul monte une face de voiture de RER A

Paul travaille sur une face
de RER A pour la RATP

Après 15 ans passés sur le site de Crespin, Paul Grattepanche affiche toujours le même enthousiasme lorsqu'il s'agit de parler de son métier de monteur-soudeur. 


Un métier et des techniques que Paul maîtrise aujourd'hui parfaitement et qu'il n'hésite pas à transmettre aux jeunes générations. Son équipe travaille sur le projet RER A pour la RATP.

"Faire une soudure sur un plancher n'est pas la même chose que faire une soudure au plafond. Comme on assemble la structure du train, on n'a pas le droit à l'erreur."




On dit que la soudure s'apprend sur le terrain ? 
Oui, effectivement. On ne progresse qu'en pratiquant et c'est d'autant plus vrai en chaudronnerie. Sur le site de Crespin, tous les jeunes sont accompagnés par des anciens, pour transmettre des bonnes pratiques, partager des expériences et les aider progresser. 

Certaines soudures sont en effet bien plus complexes que d'autres à réaliser. Faire une soudure sur un plancher n'est pas la même chose que faire une soudure au plafond. Comme on assemble la structure du train, on n'a pas le droit à l'erreur.









Quelles sont les qualités d'un bon monteur / soudeur ?
 
Même si on travaille sur des éléments volumineux, il faut faire preuve de minutie.


Quand on travaille sur des butées, des environnements de portes ou encore sur des supports de siège, on doit être aussi précis que soigné dans la réalisation. Une mauvaise soudure pourrait bloquer la fermeture de la porte, par exemple. On attache beaucoup d'importance à la sécurité des matériels que nous produisons, car au bout du compte, c'est la sécurité des voyageurs qui compte. 

Quelle est la contribution de la chaudronnerie à la fabrication du train?
 
Les premières étapes de production du train commencent ici, dans cet atelier. On assemble des plaques de métal brutes, on soude, on redresse, on assemble, on perce ; on monte une structure ... C'est ici que les véhicules commencent à prendre forme.
Plus tard, c'est une vraie fierté de voir les trains partir en circulation ou d’en apercevoir un sur lequel on a travaillé à la télé ou dans un documentaire.

Cyril contrôle la qualité des trains

Toute une équipe garante de la qualité
Cyril Claux est inspecteur qualité 
chez Bombardier depuis 5 ans.

Cyril et ses co-équipiers sont les garants de la qualité du train et par conséquent du confort et de la sécurité des passagers du Regio 2N, le nouveau train régional à deux niveaux. 
Dernier sorti de Bombardier, ce train est l'aboutissement technologique d'années de recherche.


"Dans le Regio 2N, il y a plus de 20 km de câbles par véhicule et quelques milliers de connexions qui régissent les équipements à bord du train. Il nous faut être vigilants..."




Qu'est-ce que fait un inspecteur qualité dans la fabrication ferroviaire?
C'est avant tout de s'assurer que nous allons fournir le meilleur train possible à nos clients et par conséquent aux usagers. Sans rentrer dans des détails techniques, cela passe notamment par la vérification de la conformité des montages effectués ou encore par le respect des normes des pièces utilisées. 

Montage de cables sur le Francilien
Pour cela, je m'attache à fournir aux équipes les règles de réalisation et à leur expliquer comment bien faire les choses, depuis la phase de conception jusqu'à l'étape de réalisation. En fait, c’est beaucoup d’accompagnement, d’écoute, de pédagogie et de rigueur.

Vous avez une mission clé transversale ?
Oui, mes collègues et moi travaillons avec beaucoup de fonctions du site : depuis les méthodes (conception) en passant par la production (fabrication des trains), l'ingénierie et la planification. Notre équipe comprend 15 personnes mais peut aller jusque 22 au plus fort de la montée en cadence.

Vérifications sur un Francilien

Les technologies évoluent très vite. Quel est l’impact sur la qualité?
Les technologies à bord des trains sont de plus en plus sophistiquées et complexes. A titre d'exemple, dans le Regio2N, il y a plus de 20 km de câbles par véhicule et quelques milliers de connexions qui régissent les équipements à bord du train. C'est vous dire le niveau de vigilance que nous nous imposons pour faire que tout fonctionne correctement sans le moindre risque d'erreur.

Qu'est-ce qui vous motive chaque matin?
Un travail exigeant.


La nouveauté. 
Aucune journée ne se ressemble. Il y a toujours de nouveaux challenges à relever, de nouveaux défis techniques qui émergent et que nous saisissons avec l'envie de faire de notre mieux. 






Autant de petites choses qui nous amènent à être toujours plus performants, à fournir des trains de très haute qualité. Des trains que les voyageurs prendront par la suite avec autant de plaisir, j’espère, que nous avons pu avoir à les penser et à les réaliser.





Frédéric fixe les mécanismes de portes du Francilien


Frédéric prépare la mise en place d'une porte de francilien.

Dans l'atelier de chaudronnerie, Frédéric Helleboid anime une équipe spécialisée dans le montage et le soudage des mécanismes de portes du Francilien. 
Un élément central du train pour lequel la précision requise est de l'ordre du millimètre.



"Les contraintes techniques de sécurité imposées dans le ferroviaire et le faible niveau de tolérance, au millimètre près, nous rapprochent de ce qui se fait aujourd'hui dans l’aéronautique." 





On dit que la chaudronnerie est un métier de force?
Réussir des points de soudure précis au bon endroit.

L'atelier de chaudronnerie est un endroit vivant, rythmé par le bruit des meuleuses et des marteaux. 

Mais les métiers de soudeurs et de dresseurs sont bien plus des métiers de précision que de force brute. Les contraintes techniques de sécurité imposées dans le ferroviaire et le faible niveau de tolérance, au millimètre près, nous rapprochent de ce qui se fait aujourd'hui dans l’aéronautique.

Minutie et concentration sur toute la ligne.


Comment en vient-on à travailler en chaudronnerie ?
Comme bien souvent, c'est une histoire de famille. Mon père était soudeur chez Bombardier. Quand il a fallu choisir, c'est bien évidemment vers la chaudronnerie que je me suis orienté et j'y travaille encore. On a même travaillé ensemble un moment. Bon, je ne dis pas que mes enfants feront la même chose, mais de mon côté, je ne regrette vraiment pas mon choix.
 


Qu’est-ce que vous pensez quand vous voyez les franciliens partir vers Paris?

C'est une réelle fierté. Quand on voit l'état d'avancement des véhicules lorsqu'ils sortent de notre atelier, c'est à dire au stade de la "carrosserie", puis qu'on retrouve les mêmes voitures quelques jours plus tard une fois les essais terminés, on se dit qu'on a participé à quelque chose de grand. 

Franciliens prêts pour la livraison sur le site de  Crespin

Même si notre rôle peut paraître minime au regard des proportions du train et des équipements technologiques sophistiqués, on a toujours cette conviction d'avoir apporté notre pierre à l'édifice et de faire partie d'une grande équipe. 




Stéphane soude les parois du Francilien

Stéphane Drapier a 14 ans de métier 
chez Bombardier

Stéphane Drapier anime une équipe de douze monteurs-soudeurs pour le Francilien. 

Cette équipe de spécialistes façonne les chaudrons ou « carrosseries » des 9 types de véhicules qui seront par la suite équipés et aménagés.



"Nous n'avons pas le droit d'être approximatif. 
Imaginez la pression exercée sur un train quand il passe dans un tunnel ou quand il croise 
un autre train."

Comment êtes-vous arrivé chez Bombardier ?
Quand j'ai dû choisir mon orientation professionnelle, je voulais faire de l'alternance pour commencer à travailler tout en apprenant un métier.  Mon oncle travaillait chez Bombardier dans l'atelier de peinture. 


Une opportunité s'est présentée sur le site, qui en plus tout près de chez moi, et j'y suis maintenant depuis 14 ans. 
La bonne réputation de Bombardier a beaucoup pesé sur ma décision.

L'apprentissage a été la clé de la réussite pour vous ? 
Il est vrai que la pratique est de loin le meilleur moyen de progresser et de maitriser les gestes. Il n'en reste pas moins qu'une bonne formation de base est indispensable pour ce métier technique. 
Point de soudure sur un chaudron de véhicule.
Repères sur les faces du Francilien.



















J'ai appris la résistance des matériaux, comment les associer, les différents types de soudures, les tolérances de température et bien entendu comment les réaliser. 


La structure du Francilien répond à des normes très strictes de robustesse.
Ici la "cathédrale" où on érige les véhicules.
Nous n'avons pas le droit d'être approximatif. Imaginez la pression exercée sur un train quand il passe dans un tunnel ou quand il croise un autre train. La structure et les soudures doivent être des plus robustes pour assurer le meilleur niveau de sécurité possible pour les passagers.

Vous animez une équipe, comment cela se passe?

Dans mon groupe, on est 12 personnes. On se réunit tous les matins pour décider du travail de la journée, faire le point sur les projets en cours et discuter d'éventuels problèmes rencontrés la veille. Notre équipe assemble les sous-ensembles sur le châssis, c’est-à-dire les faces en passant par les bouts et pavillons. On travaille de manière entièrement autonome, ce qui renforce les liens entre les différents membres de l'équipe, et permet ainsi d'être très efficaces.




vendredi 1 février 2013

Bombardier et Valutec s’allient pour tester les cartes électroniques des trains

La première chambre d’essais HALT sévérisés de la Région Nord-Pas de Calais fonctionne. 


Un test de platine de porte de Francilien inaugure la chambre d'essais HALT 
de Valutec. En bonus, elle est  connectée 
au banc d’essai SURFER labellisé i-trans.
Bombardier et Valutec ont lancé le premier essai sévérisé de carte électronique. 

C’est une platine de contrôle d’une porte de Francilien qui inaugure le nouvel équipement de pointe de l’Université de Valenciennes


Les experts de Bombardier apporteront leurs compétences techniques pour assurer le bon déroulement des premières campagnes d’essais et formeront  le personnel habilité.

De gauche à droite: B Canaple, Directeur essais Valutec; JP Cartellini, Directeur général Valutec; D Wautier, Président Valutec (de profil);M Ourak, Président UVHC; Equipe Bombardier Transport: C Bertin, Directeur ingénierie ; Marc Réheis, directeur essais; F Tison, directeur ingénierie, Y Weens, ingénieur projet,Q Coutadeur, ingénieur fiabilité. et R Copin, responsable fiabilisation.

Valutec s’est équipé d’un banc d’essais HALT (Highly accelerated life test) pour tester la performance et les modes de défaillance des systèmes électroniques embarqués, avec le soutien du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche et de la Région Nord-Pas de Calais.


Mohamed Ourak, président de l'université de Valenciennes
et du Hainaut Cambrésis UVHC



Cette chambre permettra de réaliser de nombreux types d’essais sévérisés, notamment vibratoires et climatiques, selon les protocoles HALT et HASS (Highly accelerated Stress screening). 

Déceler dès la phase de développement des sources potentielles de pannes ou de dysfonctionnement permet de proposer des solutions de robustesse.

L'équipe de Valutec se réjouit de sa nouvelle acquisition.
Denis Wautier, président de Valutec
























La fiabilité des trains est une priorité majeure du site de Bombardier à Crespin, premier site industriel ferroviaire français. 

Jusqu’à 100 types de cartes électroniques à bord régissent de nombreuses fonctions comme les écrans d’information aux voyageurs, la climatisation, la sonorisation, les portes, les  freins, et un grand nombre de commandes opérées par le conducteur.

« L’industrie ferroviaire est bel et bien entrée dans l’ère électronique et mérite des outils d’essais à la hauteur des attentes de nos clients,» a expliqué Christophe Bertin, directeur de l’ingénierie des sites de Crespin et Bruges de Bombardier Transport. « Nous misons beaucoup sur ces essais  qui  permettront d’améliorer encore la performance de notre matériel roulant. Nous devons anticiper et simuler des conditions extrêmes de fonctionnement pour que le train, une fois en service commercial, soit pleinement opérationnel. »

Bombardier compte déployer largement ce type d'essais avec ses fournisseurs, afin de tester de manière rigoureuse le maximum de sous-ensembles avant intégration sur les lignes de production.

Les 550 ingénieurs y disposent d’un laboratoire d’essais de pointe et d’une rampe d’essai de crash certifiée COFRAC*pour développer les trains des Régions, SNCF et de la RATP. Pour le train régional à deux niveaux Regio 2N, Bombardier a développé un LaboTrain, une plateforme d’essais qui comporte tous les câblages et équipements électroniques embarqués à grandeur réelle et simule les conditions d’exploitation commerciale.




*Comité français d’accréditation