vendredi 19 septembre 2014

Destination Lille pour le Regio 2N

La Région Nord-Pas de Calais va dévoiler son premier Regio 2N
Un Regio 2N sur la ligne d'essai de Bombardier à Crespin 

Ces dernières semaines, les équipes de Crespin ont apporté les derniers petits détails à la rame flambant neuve qui circulera dans leur région.


Le Regio 2N, le dernier né de Crespin, répond aux besoins de transports de la Region qui en a commandé 18 rames.

La rame Regio 2N sera ouverte au public de 14h30 à 18h en Gare de Lille Flandres voie 6 ce lundi 22 septembre.





Effervescence sur le site de Crespin
Dernière ligne droite pour cette rame Nord-Pas de Calais: les équipes d'essais procèdent aux dernières vérifications pour s'assurer que tout fonctionne correctement avant sa sortie des ateliers.


Rien n'échappe aux équipes d'essais sur la ligne de Regio 2N à Crespin

La rame Nord-Pas de Calais avant l'étape de pelliculage. 
Les portes sont déjà peintes en jaune.



lundi 15 septembre 2014

Voyage inaugural du Regio 2N en Aquitaine


C'est à 7h du matin au lever du soleil que le Regio 2n est arrivé en Gare Saint Jean. 

Alain Rousset, Président de la Région Aquitaine, a inauguré le premier Regio 2N d'Aquitaine sur le trajet entre Bordeaux et Arcachon.  Sur cette ligne, le Regio 2N apportera plus de confort et beaucoup plus de places assises aux voyageurs.


Alain Rousset, président du conseil régional d'Aquitaine
s'apprête à entrer dans le Regio 2N avec
 Jean Bergé (de dos) président de Bombarider,
Patrick Du Fau de la Mothe. Conseiller régional et
Olivier Devreau, directeur régional SNCF.
Fabienne Calla, directrice des Transports
de la Région Aquitaine se rejouit de monter
à bord de la première rame Regio 2N.

























Revivez l'inauguration du Regio 2N en Aquitaine sur YouTube 


Georges Hue et Louis Roma du projet SNCF
posent avec Franck Grattepanche, projet Bombardier.




Un trajet tout en douceur dans ce train flambant neuf. 

La Région Aquitaine a commandé un Regio 2N tout confort : une version courte de 6 voitures (81m de long) aménagée avec 4 sièges de front (2 sièges d’un côté du couloir, 2 de l’autre) pour un maximum de places assises et de confort (331 places dont 34 places en première classe). Les rames peuvent être accouplées par deux ou trois pour desservir les lignes les plus chargées.
Ce voyageur à mobilité réduite a particulièrement
apprécié l'accès de plein pied du Regio 2N.

Les salles voyageurs sont pourvues de larges baies pour plus de luminosité. Les sièges sont équipés d’accoudoirs, de prises électriques, de liseuses individuelles. La climatisation, régulée en fonction du nombre de voyageurs, l’information voyageurs embarquée (annonces sonores et bandeaux LED) et le système de vidéo-surveillance contribuent également au bien-être des passagers.

Très accessible, chaque rame dispose de 2 emplacements dédiés aux usagers en fauteuil roulant, de 3 modules toilettes dont un module universel, de six espaces vélos.



Une étape clé pour ce projet d'envergure

Une équipe de salariés de Bombardier est venue de Valenciennes pour assister
à l'inauguration du premier Regio 2N qui récompense des années de travail.
Le projet Regio 2N représente plus de la moitié de l’activité du site de Bombardier à Crespin, soit 900 emplois directs auxquels s’ajoutent ceux induits chez nos fournisseurs pour la plupart français, en particulier la société SAFT, leader mondial des technologies de batteries industrielles dont le siège est à Bordeaux.
La première rame Regio 2N a étét inaugurée à Bordeaux le 15 septembre 2014

Pour en savoir plus sur le Regio 2N ici 

















mardi 9 septembre 2014

Des visages du site de Crespin pour la semaine de la mobilité

Les salariés de Bombardier expliquent leur travail


Morgane Delépine câble l’armoire électrique
du véhicule à deux étages des Regio 2N
Comme chaque année, Bombardier présente une campagne d'affichage dans les gares dans toute la France.

Les salariés du site de Crespin, près de Valenciennes, sont très fiers d'expliquer comment on fabrique les trains et leur contribution personnelle à ce gigantesque travail d'équipe synchronisé. Crespin emploie 2000 salariés.

Sans avoir visité l'usine, il est difficile de s'imaginer les lignes de production d'un train car c'est un très gros équipement, très technique, qui doit assurer la sécurité de plusieurs centaines de personnes à bord tout en circulant à des vitesses importantes. 


Les visuels de cette campagne montrent les compétences très pointues et le grand professionnalisme de nos équipes à Crespin, mais aussi leur grande fierté pour leur travail. 
Jean Bergé, Président de Bombardier France.


Nous les avons interviewés pour vous permettre de faire connaissance avec eux et de savoir en quoi consiste leur travail au quotidien.

Faites connaissance avec Morgane est une jeune électricienne championne de dextérité qui monte les armoires électriques du Regio 2N.

Olivier Legrand et Rodrigue Hamon
testent le Francilien à Crespin
Olivier Legrand et Rodrigue Hamon co-équipiers des essais testent le fonctionnement du Francilien et sont les premiers à conduire le train!

Aurélie Hanquez monte les équipements électriques 
dans les voitures de Regio 2N
Aurélie Hanquez  installe les appareils qui font fonctionner le véhicule et les systèmes de communication entre les voitures de Regio 2N.

Kevin Artigalas est électricien pour
le Regio 2N, ici en toiture du train
Kevin Artigalas, électricien Regio 2N est monteur assembleur polyvalent spécialisé en électricité sur le Regio 2N. Il chemine les 25 km de câbles qui parcourent le train....

Michael Gaymay mesure la structure des voitures de Francilien par laser.
Michael Gaymay effectue les relevés dimensionnels du chaudrons (structure des voitures) du Regio 2N par mesure laser pour un maximum de précision

Bastien ajuste un coupleur de Regio 2N

Bastien Nempont raccorde les câbles électriques du sous-châssis des Regio 2N

Crédits photos Samuel Dhote (portraits), Christophe Recoura (photo du Regio 2N) maquette Patrice Dumas


lundi 8 septembre 2014

Derniers préparatifs du Regio 2N Centre pour Innotrans

La rame Centre à destination des spot lights berlinois

Encore quelques préparatifs sur cette rame qui sera présentée au Salon international du ferroviaire Innotrans à Berlin du 23 au 26 septembre. 
La rame Centre sur la voie de pesage du site de Crespin.















Jeudi matin, c'était le jour de la pesée de la rame. Les équipes de mouvement train ont stationné la rame sur la voie spéciale à Crespin équippée pour vérifier sa masse. 

Sur la photo ci-dessus, on peut voir quelques éléments de la nouvelle livrée Centre. 
Pelliculage d'une rame Regio 2N Centre à Crespin


L'après-midi, la rame avait retrouvé le hall de finition, où les équipes appliquent avec soin le pelliculage.



Plusieurs Regio 2N ont déjà quitté le site de Bombardier pour aller dans les Régions - PACA, Bretagne, Aquitaine et sous peu Nord Pas de Calais. 

Le Regio 2N Centre prend le chemin des écoliers et fait un détour par Berlin avant de regagner sa destination finale en Region Centre.

Son départ est imminent...

Pour en savoir plus sur les activités de Bombardier au salon international Innotrans et l'exposition de cette rame ICI: Bombardier expose à Innotrans

Crédits photos Bombardier

mardi 29 juillet 2014

SNCF et le STIF commandent 22 Francilien supplémentaires

Le Francilien continue son déploiement en Ile de France

Le Francilien contribue à l'amélioration du service
sur le réseau SNCF en Ile de France. Ici Gare de Paris Est.
Bombardier a reçu une commande de 22 Francilien, cofinancée par le STIF (Syndicat des Transports d’Ile-de-France) et SNCF.  Ainsi, un total de 194 Francilien ont été commandés.

Les 22 trains supplémentaires seront livrés pour la fin 2016. 

Ils seront déployés sur les lignes H et K afin de compléter la modernisation de la flotte et de continuer d’améliorer le niveau de confort et de ponctualité pour les voyageurs. 

jAujourd'hui, près de 140 trains en exploitation
desservent les gares de Paris Nord, Est et Saint Lazare.
L'ambiance sophistiquée et colorée du Francilien
révolutionne l'image du transport de banlieue. 
« Ce train ultra-moderne, spacieux, très automatisé est conçu pour répondre aux enjeux de capacité et de ponctualité dans des zones urbaines très denses. Il a aussi séduit les voyageurs qui apprécient son confort et son design intérieur contemporain. »

Le Francilien a fait ses preuves
La performance exceptionnelle du Francilien atteint un très haut niveau de fiabilité et de qualité, reconnue par le client. 

La ligne H, dotée d’une flotte Francilien,
affiche un taux de ponctualité de 95%. Ici Gare de Paris Nord

















Selon SNCF, le taux de satisfaction des voyageurs de la ligne H atteint 90 %, grâce à l’amélioration des conditions de transport de la régularité de l’information et du confort à bord. 
 Aujourd’hui, la ligne H, dotée d’une flotte Francilien, affiche un taux de ponctualité de 95%, le meilleur score du réseau SNCF Transilien.
 
Un Francilien arrive en gare en période de pointe. Ce train peut transporter presque1000 voyageurs.
« Vu la pression actuelle sur le réseau SNCF Transilien, nos clients, le STIF et SNCF, exigent des niveaux de plus en plus élevés de fiabilité et de performance pour assurer la fluidité des déplacements d'environ trois millions de voyageurs entre Paris et la banlieue chaque jour » a expliqué Laurent Troger, président de Bombardier Transport , Europe de l’ouest, Moyen-Orient et Afrique. 

Le déploiement de trains de banlieue ultra-modernes avec le
Francilien, permet de remplacer les anciens matériels
et d'offrir plus de comfort aux voyageurs.
Ici Gare de Paris Saint Lazare.

Les équipes de Bombardier dédiées au Francilien

Environ 300 personnes ont été mobilisées sur le Francilien, sans compter les fournisseurs et sous-traitants qui ont fait tout leur possible pour suivre la cadence et assurer les livraisons et la qualité. L’étroite relation entre les équipes SNCF et Bombardier, tant au niveau du projet que de la mise en service, est un élément clé de la réussite du Francilien. Bombardier a récemment reçu le Prix SNCF site et constructeur 2014.

Trois cents salariés de Bombardier à Crespin dans le Nord
travaillent sur la production et les essais du Francilien 
Bombardier livre trois trains par mois avec un niveau de qualité re<cord pour le site de Crespin, reconnu par le client.




Un peu de technique

Le Francilien est un train de banlieue, extra large, articulé de type « boa » qui offre un grand espace intérieur pour les voyageurs, avec de larges sièges ainsi qu’une grande porte par voiture afin d’accroître la rapidité des flux de voyageurs. Chaque train est composé de sept ou huit voitures en unité simple, et peut être exploité en unité double ou triple. La capacité des trains varie de 800 à 1 000 passagers selon le nombre de voitures et la configuration d’aménagement. Ce nouveau train est conçu pour offrir un maximum de confort, de sûreté et de sécurité aux voyageurs. Il est basé sur des technologies de Bombardier largement éprouvées en service commercial, comme les bogies FLEXX Compact, les convertisseurs de propulsion, les ensembles moteur-réducteur et de systèmes de contrôle et de gestion de trains de type BOMBARDIER MITRAC.
Pour en savoir plus, cliquer ici

Rappel du contrat

Le Syndicat des Transports d'Ile de France et SNCF ont commandé 172 franciliens à Bombardier lors de la signature du contrat en 2006. Avec cette dernière levée d'options, STIF et SNCF ont commandé 198 trains de type Francilien.



Photos de Christophe Recoura, Samuel Dhote et Bombardier

mercredi 23 juillet 2014

Bastien ajuste un coupleur de Regio 2N

Bastien Nempont raccorde les câbles électriques du sous-châssis
Bastien Nempont est électricien sur
le Regio 2N, specialiste
des véhicules d’extrémité

Bastien Nempont est électricien sur le Regio 2N. Sa spécialité, c’est les véhicules d’extrémité, ceux qui comprennent une cabine de conducteur. Chaque train de type automotrice en compte deux, un à l’avant et un à l’arrière, car cette rame est autonome et n'a pas besoin de locomotive.



"La qualité de notre travail est l’avenir de notre industrie."


Bastien raccorde l’attelage automatique, la pièce qui accouple deux trains, et chemine les câbles situés sous le châssis. Il passe l’essentiel de son temps sous le train. Il aime travailler dans cet espace accessible à seulement quelques privilégiés.





Pour lui permettre d’accéder au sous-châssis, le train est surélevé sur un lorry. Le travail s’effectue en équipe avec de nombreux corps de métier : tuyauteurs, garnisseurs, peintres, soudeurs…

Présent sur le projet Regio 2N depuis la fabrication du tout premier véhicule, Bastien est intervenu sur toutes les motrices fabriquées par Bombardier Crespin,  soit l'AGC, le Francilien et maintenant le Regio 2N.


Quelle est l’importance de votre travail dans la production d’un train Regio 2N ?Il est essentiel car le câblage est ce qui fait fonctionner le train. Il relie chaque train à ses six alimentations moteurs.



Bastien Nempont ajuste un coupleur de Regio 2Nà Crespin




Quelles sont les qualités requises par votre profession ?En plus des connaissances techniques, que j’ai acquises et BEP et BAC pro électrotechnique, il faut être extrêmement responsable car nous intervenons sur de grosses machines. 

Des personnes, en particulier des enfants, monteront dans ces trains. Je veux toujours être précis dans ce que je fais, il serait impensable d’oublier une vis.


Que retenez-vous de votre parcours ?
Je connais le Regio 2N depuis le début. J’ai vu passer toutes les motrices, y compris celles qui ont servi aux campagnes d’essai sur la climatisation, le freinage, etc...


Crédits photos Samuel Dhote

Olivier et Rodrigue les co-équipiers essais

Olivier et Rodrigue testent le fonctionnement du train
Olivier Legrand et Rodrigue  Hamon vérifient 
le bon fonctionnement
du Francilien avant livraison.

Olivier Legrand et Rodrigue Hamon se chargent des rames complètes du Francilien. Ils réalisent des essais en statique et en dynamique, c’est-à-dire sur la chaîne de production et sur le réseau ferré.

"Il faut 840 heures d’essais pour livrer un train avec zéro défaut".

Avant d’être livré au client, chaque train est testé de fond en comble. Bombardier a pour objectif d’atteindre 0,4 panne immobilisant le train par million de kilomètres parcourus. 

Pour cela, les cycles d’essais sont nombreux. Les techniciens commencent par tester la mise à la masse de tous les équipements. Pour un train de huit véhicules, cela revient à vérifier 1 000 points de masse.

Olivier teste ensuite la mise en énergie : la distribution du 72 volts des batteries, du 400 volts dans les prises de courant voyageurs puis les 1 500 volts continus et 25 000 alternatifs pour l’alimentation du train. Tout est passé en revue : la cabine, l’éclairage, les portes, la traction… Olivier et Rodrigue simulent même des situations exceptionnelles, comme la surchauffe des groupes de climatisation, pour s’assurer que les sécurités se déclenchent.
Tous les équipements sont
méticuleusement vérifiés
Quelle est votre plus grande fierté ?

Nous sommes les premiers à conduire le train, certes à 30 km/h. Nous avons passé le permis train, un rêve d’enfant. 

Nous faisons rouler le Francilien huit heures d’affilée pour repérer les équipements défectueux, on appelle cela « déverminer ». Le train réalise vingt allers-retours alimenté en 1 500 et 25 000 volts." 


Ecran de vidéo surveillance
à bord de la cabine du conducteur
du Francilien


























Nous faisons rouler le Francilien huit heures d’affilée pour repérer les équipements défectueux, on appelle cela « déverminer ». Le train réalise vingt allers-retours alimenté en 1 500 et 25 000 volts." 


Quelles sont les qualités requises pour exercer votre métier ?
"Il faut être polyvalent. Nous intervenons sur toutes les composantes du train : l’électricité, les pneumatiques, les freins, l’électronique embarquée... Il faut être capable comprendre les diagnostics informatiques de la climatisation, du GPS, …, et dépanner les équipements défectueux."

Quels sont les atouts du Francilien ?
"C’est une Rolls comparée aux anciens « petits gris », pour les voyageurs comme les conducteurs. Par son confort, son éclairage, ses couleurs… Il y a même un système de comptage des passagers placé au niveau des portes pour gérer automatiquement l’éclairage et la climatisation de chaque véhicule en fonction du nombre de personnes à bord."


Crédits photos Samuel Dhote